Artiste Franco-Polonaise née en 1975 

Des instants fugaces, ces éphémères qui laissent un voile, une impression sur notre peau...

 « Une ligne, coupure horizontale, accent d’une zone de passage qui interpèle.
La ligne qui sépare appel le regard. Est-ce une transition, une ouverture ? Comme une zone d’air ou un espace vide qui invite à recevoir un nouveau souffle : cet horizon est-il l’inaccessible insondable qui nous hante, ou un possible vers la liberté ?

Faire silence, contempler, et lentement s’approprier ce qui vient, puis retranscrit cette perception, cette émotion qui demeure. 
Je laisse les vibrations et les résonances des couleurs s’apprivoiser, et me laisse m’imprégner à mon tour de leurs teintes qui touche à l’intime. Subtilité du langage de la couleur et des traces qui évoquent une impression, un souvenir et ainsi me révèle un élément qui redonne cet élan de la création, partant pourtant d’un détail...
            Quel merveilleux de participer aux jeux des couleurs qui s’affrontent, se repoussent ou s’échappent, se dissipent et de manière subtile et sensuelle par endroits se frôlent et s’appellent, s’entremêlent, se chevauchent et décident parfois de se marier dans un nouvel alliage, gaiment.
Dans ce processus du « laisser venir » et de rester dans la présence de l’acte de peindre , mes toiles se construisent petit à petit en des strates successives comme sédimentaires, par des couleurs qui se posent les unes avec les autres, et laissent rejaillir des profondeurs les teintes sourdes et lumineuses.
            Contempler, c’est être en présence d’une quiétude dont émane un silence qui apaise.
Le pinceau est le prolongement de mon expression et le choix de celui-ci accompagne l’instantanéité du trait qui m’émeut de manière singulière.
Rendre figurable ce qui m’appelle ici, au travers de la trace, vigoureuse ou effacée, et donner un poids à ce trait qui modèle ou dissipe : J’amorce, puis je recherche ce moment ou c'est la rythmique qui à son tour m'appelle. Je me laisser alors prendre par son élan autre, comme une danse.

L’horizon rassemble, c'est ce lieu commun ou se dessine cette ligne médiane entre ciel et terre, ciel et mer. Un espace ou peut se rejoindre des forces contraires.

Aussi, j’essaie par ma peinture de questionner cette profusion d’infos qui tiraille, loin de l’essentiel et coupe de cette capacité à regarder au loin; mais aussi cette urgence de l'être à dire, aller, faire, prendre…
La ligne horizontale interroge la nécessité de savoir s’arrêter, pour se poser un instant.
Contempler, c’est être en présence pour entendre l’autre humblement.
Cette thématique, Horizons ou « Paysages Intimes » revient comme une chanson et ses variations depuis 2003, c’est une Ode à la fragile beauté de la nature qui nous entoure et dont nous faisons si intimement partis.
            Au fil de mon parcours artistique et de mes lectures, j’ai pu relier mes recherches avec d’autres ; artistes, musiciens, interprètes, ou écrivains comme François Cheng par son sens aiguë de l’analyse sur la beauté et sa simplicité à énoncer le sens des choses, Quignard et sa perception du détail poètique à travers ce verbe qui me semble si familier, Joel de Rosnay, Jiddu Krishnamurti et tant d’autres...
Ces penseurs avec qui je me sens au diapason me maintiennent et me renforcent dans mes aspirations quand je perds ce fil de la création.
 

Je reste confiante d’un lendemain où notre monde regardera un même horizon en paix, ensemble.»