Artiste Franco-Polonaise née en 1975, résidente à Perpignan depuis 2018.
 

« Le point de départ est la ligne horizontale.
Retranscrire ce qui reste d’une impression, parfois sourde ou éphémère mais qui laisse un voile, une sensation d’un instant ou les lumières me touchent et m’animent.
Face à la toile, je trace la ligne, cette coupure horizontale, accent d’une zone de passage qui interpelle. Celle-ci appelle le regard. Est-ce une transition, une zone d’air ou un espace qui invite à se poser un instant.
Je trace cette première ligne, cet horizon. Qu’est-il ? l’inaccessible insondable ? Un espace de projection pour un nouveau départ peut être…

Faire silence, contempler et s’approprier ce qui vient, retranscrire cette perception, cette émotion qui demeure. La rendre sienne. 
Je laisse alors les vibrations et résonances des couleurs s’apprivoiser ; je m’imprègne à mon tour.
Le langage subtil de la couleur m’évoque des impression intimes, insondable parfois.
Un souvenir se révèle et redonne l’élan de la création.
Jeux de couleurs qui s’affrontent, se repoussent, s’échappent et se dissipent…
et de manière subtile et sensuelle, par endroit, se frôlent et s’appellent, s’entremêlent, se chevauchent et décident parfois de s’unir dans un nouvel alliage.
     Dans ce processus créatif du « laisser venir » je me maintiens dans l’acte de peindre, attentive à ce qui vient, gardienne de ce qui est déjà là.
Mes toiles se construisent petit à petit en strates successives comme des couches sédimentaires ; les couleurs se posent les unes avec les autres, et laissent rejaillir des profondeurs les teintes sourdes et lumineuses. Mon souffle s’unit à la trace.
    Contempler, c’est être en présence de cette quiétude qui émane du silence :
Rendre figurable ce qui m’appelle ici, au travers de la trace, vigoureuse ou effacée ; donnant le poids au trait qui modèle. Le pinceau est le prolongement de mon expression et le choix de celui-ci accompagne l’instantanéité du trait qui m’émeut de manière singulière. J’amorce un mouvement et le rythme m'emporte. Je me laisse prendre par son élan, comme une danse. Je trouve le rythme qui l’accorde à mon pas, sa respiration.

    L’horizon rassemble, est-ce lieu commun où se dessine cette ligne médiane entre ciel et terre, ciel et mer ? Un espace où se rejoignent les forces contraires ?
  J’essaie par ma peinture de questionner cette profusion. Ces besoins pulsionnels, ces infos qui tiraillent, déraillent, et nous éloignent de l’essentiel. L’être, coupé, perd sa capacité à regarder au loin, en lui ; et se retrouve dans l’urgence de dire, faire, prendre…
La ligne horizontale interroge cette nécessité de savoir s’arrêter, et se poser un instant.
   Contempler, c’est être en présence pour entendre l’autre humblement.
Mes Horizons, ces « Paysages Intimes » reviennent comme une chanson. Variations de l’intime, fil de ma pulsation, rythme depuis 2003 comme une Ode à la fragile beauté de la nature qui nous entoure et dont nous faisons si intimement partis.
           Au fil de mon parcours artistique et de mes lectures, j’ai pu relier mes recherches à d’autres comme un socle qui me pose encore mieux dans ma terre.
Artistes, musiciens, interprètes et écrivains, Hommes qui cherchent à se relier à cette profonde beauté.
Je ne citerais que François Cheng qui m’a aidé à traverser mes déserts quand j’ai perdu la raison de peindre. Et tant d’autres penseurs avec qui je me sens au diapason et me renforcent dans mes aspirations pour maintenir ce fil de la création.

Je reste confiante d’un lendemain où notre monde regardera un même horizon en paix, ensemble. »

Narezo Studio - Marco Photo-00084.jpg